Les points clés pour réussir une isolation des combles

Pour vivre dans une maison énergiquement confortable et économique, il est indispensable de soigner l’isolation thermique de vos combles. L’aspect thermique et acoustique d’un comble, qu’il soit aménageable ou perdu, est très important. Car un toit mal isolé représente 30 % de fuite de chaleur. Il faut donc prioriser l’isolation lors d’un projet de rénovation ou de construction. S’investir dans une quête d’aménagement de toiture vous permettra de gagner en confort et d’économiser de l’énergie. En été l’isolation réduit le réchauffement de l’air à l’intérieur de votre logement et en hiver, elle limite la déperdition de chaleur. Il existe plus d’une technique d’isolation et diverse matière isolante pour réussir votre rénovation énergétique. Cela dit, choisissez des isolants performants pour rentabiliser votre investissement sur le long terme.

Comment mesurer la performance d’un isolant ?

La performance d’un isolant réside dans sa résistance thermique et phonique. Certes, celui-ci doit avoir une capacité thermique d’au moins 8 m² K/W soit 6 m² K/W pour les combles aménagés et 7 m² K/W pour les combles perdus. Ces chiffres représentent la résistance minimale requise pour une construction répondant à la norme RT 2012. Cependant, un isolant à résistance thermique supérieur ne peut que renforcer la performance de votre isolation. Ainsi, vos besoins énergétiques en chauffage ou en refroidissement seront limités allant jusqu’à réduire votre consommation de plus de 25 % sur votre facture. De même, pour s’assurer de l’efficacité et de la performance de votre aménagement, il faut revoir aussi l’étanchéité à l’air du toit. Celle-ci est indispensable pour favoriser les conditions calorifiques d’une maison. En outre, un bon isolant doit s’accompagner d’une bonne qualité de mise en œuvre pour garantir son efficacité. Il vous faut un artisan qui maitrise parfaitement l’art de l’isolation combles  dans son ensemble.

Mettre un pare-vapeur ou non à votre isolation des combles

L’installation d’un pare-vapeur dans l’isolant peut s’avérer utile si l’on veut empêcher les transferts de vapeur d’eau à travers les parois. En effet, celui-ci réduit les risques de condensation, les problèmes de moisissures et d’éventuels pourrissements des matériaux qui nuisent au confort de votre logement. De plus, le pare-vapeur permet de favoriser la fonction de membrane d’étanchéité à l’aire. Par ailleurs, le placement d’un pare-vapeur doit se faire du côté chauffé et de manière indépendante et continue sur toute la surface des parois. Pour assurer la continuité de celui-ci, certains accessoires sont indispensables tels que les mastics d’étanchéité, les œillets pour faire passer les gaines électriques, et les adhésifs compatibles et durables. Bref, la résistance thermique, l’étanchéité à l’aire et l’ajout d’un pare-vapeur conditionnent la réussite de vos travaux isolation des combles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *