Découvrir l’art de la danse sri lankaise

L’art et la culture du Sri Lanka sont fortement liés au Bouddhisme, la religion dominante de la contrée. L’image de Bouddha figure, en effet, partout dans l’art traditionnel du pays. Elle est, entre autres, représentée dans la peinture, la sculpture, dans les ornements des palais, sur de nombreux temples et monuments historiques. D’ailleurs, il faut rappeler que l’île doit sa renommée à ses ruines bouddhistes avec, notamment la citadelle de Sigiriya et ses fresques impressionnantes. Sinon, la ville d’Anuradhapura abrite, également, de nombreux vestiges remontant à plus de 2 000 ans.

L’État dispose, en outre, d’autres héritages culturels à découvrir lors d’un séjour au Sri Lanka. On peut, par exemple; citer la danse et la musique qui sont les fruits de diverses influences telles que les pratiques religieuses hindouistes et bouddhistes ainsi que les sonorités des différentes populations qui se sont succédé sur l’île. Ainsi, les rythmes et les instruments des Portugais, de Britanniques, des Indiens et des Africains se mêlent dans la musique et la danse traditionnelle. Lors de leurs vacances, les visiteurs auront, sans doute, le privilège d’assister à un spectacle de danse kandyenne. Il s’agit d’un ballet populaire se distinguant par des rythmes de tambours, et dont les gestuelles se réfèrent aux comportements des animaux.

Les danses traditionnelles

La danse de Kandy est un ensemble de danses sacrées de la région de Kandy, la dernière capitale du royaume qui accueille la célèbre relique de la Dent de Bouddha. Cette cité constitue également un lieu de pèlerinage important pour les adeptes du bouddhisme theravada. Selon l’histoire, la danse de Kandy a été intégrée dans un rituel de KohombaKankariya du nom de la divinité Kohomba. Étant l’un des rituels de danse les plus vénérés dans le pays; elle est exécutée pour apporter l’abondance dans les foyers, mais aussi la paix. Elle est, par ailleurs, divisée en plusieurs branches, dont la danse Ves qui est exclusivement masculine ; la danse de Naiyand, exécutée lors des cérémonies dans les temples de Maha Visnu ; la danse de Uddekki, interprétée au son d’un petit tambour ; danse Pantheru, s’effectuant au rythme d’un instrument dédié à la déesse Pattini ; et la danse Vannam qui décrit les comportements de différents animaux tels que l’éléphant, les lapins, les singes, les coqs, les serpents… Hormis cela; séjourner au Sri Lanka, notamment dans la ville de Ratnapura, est une occasion de découvrir les danses appelées « SabaragamuwaNatum ». Celles-ci consistent à l’adoration de Dieu Samn et comprennent 32 danses principales.

Le kolam et les danses folkloriques

Les danseurs exécutent le Kolam ou la « danse du diable » pour apaiser; et même, pour chasser les mauvais esprits qui causent la maladie. Durant le rituel, ils portent des masques qui représentent divers personnages sous la forme de démons, d’oiseaux ou de reptiles. D’après l’histoire, cette danse a été développée à partir du SanniYakuma; un rituel d’exorcisme cinghalais composé de 18 types de danses masquées, dont chacune représente une maladie particulière. Mis à part les danses classiques, d’autres ballets folkloriques sont à voir durant les séjours au Sri Lanka, à l’exemple du Leekeli, du Kalaged, du Raban et du polkatu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *